Grand retour du « Survivor » au bar Le Coude

De retour cette année, l’activité Survivre au Coude a déjà connu du succès. Photo : Le Front / Gracieuseté

L’activité « Survivre au Coude » opposera les facultés au retour des fêtes. Comme à la télé, un représentant de chaque faculté ou école sera enfermé au bar Le Coude du 17 au 25 janvier, avec la menace constante d’être éliminé.

Les intéressés ont jusqu’au 1er décembre pour manifester leur intérêt, sous la forme d’une vidéo. Parmi les 12 participants, un seul recevra une bourse de 1500 $.

Après l’avoir organisé en 2013, la Fédération reprend l’activité inspirée de la populaire série télévisée Survivor. Elle est conjointement organisée avec les conseils étudiants.

Chaque faculté ou école choisira son « champion », pour un total de 12 participants.

Lancement de l’activité et types d’épreuves

Les candidats seront divisés en équipes. Ces « tribus » vont s’affronter pour avoir soit une immunité, soit pour gagner un prix.

Comme dans l’émission Survivor, le candidat perdant devra aller « au conseil de tribu » pour éliminer un de ses membres.

« [Au marché étudiant du 17 janvier], on va commencer avec la formation des tribus, puis là, il va y avoir des activités chaque jour et la finale va avoir lieu le 25 janvier » précise Pascale Joëlle Fortin.

Les candidats devront manger au Coude, dormir au Coude, y prendre leur douche (enfin, utiliser les douches du CKUM, car il n’y en a pas au Coude).

Les participants dormiront neuf jours au Coude, mais pourront bien sûr aller à leurs cours.

« Ils ont le droit de sortir 15 minutes avant et ils ont 15 minutes pour revenir après leurs cours. Ça sera vraiment le seul temps où ils peuvent sortir, mais certaines exceptions pourront s’appliquer si jamais »

– Pascale Joëlle Fortin. 

Les participants du dernier Survivre au Coude, en janvier 2013. Photo : Le Front / Archives

Comme à la « course folle » de la coupe FÉÉCUM l’an dernier, il y aura des épreuves un peu plus physiques, un peu intellectuelles et d’autres un peu plus mentales, avec beaucoup de travail d’équipe.

Le Coude sera ouvert à tous. Les autres étudiants n’ayant pas de restrictions, ils pourront aller au Coude normalement et interagir avec les participants.

Repas et articles personnels

Le choix des repas sera fait par la FÉÉCUM.

« Par le passé, il y a déjà eu une édition où les candidats ne mangeaient que du Kraft Dinner pendant une semaine. Cette édition, on veut avoir une ration, mais quelque chose de plus santé. Ça n’atteindra pas le potentiel nutritif d’une personne. On veut les nourrir sans pour autant les faire crever de faim comme dans la vraie émission », mentionne Pascale Joëlle Fortin.

Au niveau des articles personnels, les participants auront le droit d’apporter un seul sac, pas plus gros qu’un bagage de cabine d’avion.

ARCHIVES 2013 : Survivor Le Coude

Qui peut y participer ?

Il faut tout d’abord être étudiant à temps plein, puis avoir 19 ans et plus. Puisque les étudiants doivent rester au Coude jour et nuit, les participants devront y être admissibles pendant les soirées au bar.

« C’est vraiment très limité comme compétition. Le nombre est fixé à un seul champion ou un candidat par faculté ou école. Donc même si ta faculté est plus grosse qu’une autre, ton choix va être plus difficile, malheureusement.  »

-Pascale Joëlle Fortin, v.-p. interne de la FÉÉCUM

Pascale Joëlle Fortin FÉÉCUM

Pascale Joëlle Fortin, vice-présidente interne de la FÉÉCUM.

Les conseils choisiront

Comme dans le vrai « Survivor », les candidatures sont envoyées sous format vidéo à la FÉÉCUM, puis à nouveau au conseil étudiant pour qu’il prenne la décision finale.

« On regarde le potentiel si, par exemple, c’est un étudiant majeur du programme des sciences infirmières, sa vidéo sera placée dans le dossier des sciences infirmières. Après ça, si j’ai quatre candidatures pour sciences infirmières, j’envoie ces quatre au conseil de ce programme et c’est eux qui vont prendre la décision finale de qui participe, de leur champion » explique Pascale Joëlle Fortin, vice-présidente interne de la FÉÉCUM

La FÉÉCUM a préparé un document avec les détails pour participer. Jusqu’au 1er décembre, la vidéo peut être envoyée à interne@féécum.ca.

La bourse de 1500 $ pourrait être agrémentée d’une petite surprise.

« On travaille à avoir peut-être quelque chose d’autre, mais ça ne sera pas pour toute suite, on va garder ça en suspens » mentionne Pascale Joëlle Fortin.

Author Details
Journaliste multimédia

Franco-Albertaine, Olivia Adié est venue à Moncton pour étudier le Common Law en français. Son parcours dans plusieurs régions du Canada, dont l’Université Saint-Boniface à Winnipeg, a éveillé sa curiosité, son intérêt pour l’actualité et son appréciation de la culture francophone. Elle entame sa deuxième année en Droit.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger