Pas de logement? Pas d’idée? Pas de problème!

Que l’on choisisse de vivre en résidence ou en appartement, la recherche de logement pour les étudiants n’est jamais une tâche facile. Outre trouver un prix qui nous convient, un lieu permettant l’accès rapide à l’université et un colocataire avec qui on peut coexister en paix, les étudiants veulent avant tout veiller à ce que tous leurs droits en tant que locataire et personne soient respectés. Cela est plus facilement dit que fait pour ceux qui ne connaissent pas la ville de Moncton et son réseau immobilier. C’est pourquoi la FÉÉCUM a récemment ouvert son nouveau poste de conseiller en logement.

Conception originelle du poste

Faisant premièrement partie de la campagne électorale 2015 de l’actuel comité exécutif de la Fédération des étudiants et étudiantes du campus universitaire de Moncton, ce qui devait d’abord être un service offert sur le site internet de la FÉÉCUM, sera bientôt offert par un employé.

C’est ce qu’affirme Samuele Acca, le vice-président exécutif de la FÉÉCUM.

« Par la suite, on a réalisé que la façon la plus simple serait d’embaucher une personne, explique-t-il. »

D’après ce dernier, c’est au cours de l’été que le comité exécutif aurait décidé d’offrir le service en donnant la responsabilité de recherche et de gestion d’offres à un conseiller en logement. Se servant des services offerts à l’Université de Montréal et à l’Université d’Ottawa comme modèles, le conseiller sera responsable de veiller au maintien et à la mise à jour d’un babillard virtuel sur lequel les étudiants, les locataires et les propriétaires afficheront leurs offres et demandes, accompagné d’une évaluation de la qualité collective du logement.

Pourquoi ouvrir ce poste?

L’idée d’embaucher un employé salarié pour combler un besoin que l’on aurait l’instinct de faire sur Kijiji semble peut-être mal pensée, mais on y retrouve de nombreux avantages. Samuele Acca souligne que ce service sera d’excellente utilité aux futurs étudiants qui ne peuvent pas se permettre de vivre en résidence ou qui viennent de l’extérieur du pays pour leur offrir une meilleure chance de se trouver un logement de qualité. De plus, il relève que l’on pourra se fier beaucoup plus aux offres envoyées directement au conseiller en logement: « Je ne crois pas que quelqu’un va offrir un logement tout en sachant qu’il n’est pas en mesure de combler les besoins et les critères qu’on demande, dit-il. »

Logement DM

La FÉÉCUM recherche un ou une conseillère en logement, dont le rôle sera de créer un environnement plus sain pour les étudiants qui cherchent un nouveau logis à l’extérieur du campus. Photo: Dayna Muzey, Le Front

Le nouveau service sera également profitable aux étudiants ayant déjà un logement qui cherchent plutôt à remplir une chambre.

Cela étant dit, le conseiller en logement à venir servira aussi de guide aux étudiants qui cherchent tout simplement l’avis d’une personne plus informée qu’eux-mêmes. Charles Rand, étudiant de première année en ingénierie civile à l’Université de Moncton, explique que sa recherche initiale sur Kijiji a été insatisfaisante.

« Je cherchais pour un appartement à une chambre, mais il y en avait peu autour du campus. C’est en parlant avec mes amis que j’ai su qu’un de mes collègues de classe se cherchait un colocataire dans un appartement à deux chambres. »

Charles estime aussi que la recherche de logement serait effectivement simplifiée par l’assistance d’un conseiller qui connait bien les réseaux et les fonctions des propriétaires et des logements de Moncton: « (…) surtout dans le cas où l’étudiant est jeune et ne sait pas comment s’y prendre. Il vaut toujours mieux accepter de l’aide de quelqu’un plus instruit; on risque d’apprendre quelque chose de nouveau », explique-t-il.

Du pain sur la planche

Le VP académique poursuit en expliquant que la personne embauchée devra se mettre à la tâche aussitôt que possible en filtrant les offres de logements et en s’informant au sujet des lieux idéals. Samuele Acca rajoute que le conseiller en logement devra faire preuve de rigueur, étant donné que le poste comprend beaucoup de responsabilités:

« Puisque c’est un service offert à l’Université, on cherche une personne vraiment dynamique, active, qui est prête à travailler sous pression et sous une charge de travail qui, jusqu’à présent, on juge sera quand même importante. »

Afin d’avoir une plus grande sélection de postulants, la date limite d’application pour le poste de conseiller en logement a été repoussée jusqu’au 21 janvier. Les personnes intéressées devront communiquer avec la FÉÉCUM pour plus d’informations.

Partagez!