Pascale Rioux à la v.-p. exécutive : une université inclusive et abordable

La candidate au poste de vice-présidence exécutive, Pascale Rioux, veut créer un plus grand sentiment d’appartenance à l’Université de Moncton, réduire les droits de scolarité, mettre de l’avant la campagne « Mon stage me ruine », veiller à l’inclusion des étudiants internationaux dans la communauté et offrir des logements abordables.

Le débat des candidats aux élections de la Fédération des étudiantes et étudiants du campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) a eu lieu mercredi dernier au bar le Coude. Pascale Rioux est la seule candidate au poste de vice-présidence exécutive.

[Consultez notre section spéciale FÉÉCUM 2018 pour voir le débat et du contenu en direct]

 

Consultez notre section spéciale de la FÉÉCUM exclusivement sur lefront.ca

Lors de son mandat, l’étudiante en troisième année au baccalauréat multidisciplinaire veut créer un plus grand sentiment d’appartenance à l’Université de Moncton. Elle voudrait que ce sentiment s’installe également entre les étudiants du campus de Moncton, de Shippagan et d’Edmundston.

Pascale Rioux prévoit d’aller voir les associations étudiantes des autres universités du Nouveau-Brunswick dans le but de créer un mouvement qui permettra un plus grand impact sur les décisions qui concernent les étudiants.

L’affiche de Pascale Rioux pour l’élection FÉÉCUM 2018. Photo : Le Front

Mon stage me ruine

Déjà bien connue de la communauté étudiante de l’Université de Moncton, la campagne « Mon stage me ruine » fait partie des priorités de la candidate. Pour appuyer le mouvement, elle compte profiter de la période des élections provinciales pour rencontrer les différents partis politiques afin de les informer des inquiétudes et des difficultés financières qu’éprouvent les étudiants durant leur stage.

Pascale Rioux vise également une baisse des droits de scolarité durant son mandat, mais qui se maintiendrait pour les années à venir.

Elle prévoit rencontrer les représentants politiques pour parler des coûts reliés à l’éducation postsecondaire. Elle veut faire pression sur les candidats pour les sensibiliser à ce dossier. Son objectif est avant tout qu’ils comprennent les conséquences de l’endettement étudiant et qu’il n’est pas normal de payer aussi cher pour recevoir une formation.

Elle argumente même que l’éducation devrait être gratuite pour tous.

« On n’est pas des vaches à lait, on est ici pour s’éduquer, sortir et avoir une carrière. Je trouve que c’est vraiment inacceptable d’avoir des frais si élevés. »

– Pascale Rioux, candidate pour la v.-p. académique à la FÉÉCUM 2018

La candidate souhaite également que les étudiants prennent conscience que les frais sont trop élevés : « Il y a des étudiants qui payent, qui font juste payer et ils s’en « foutent » juste ». Pour changer cette façon de penser, elle veut planifier de la sensibilisation auprès de la communauté étudiante.

L’égalité entre Canadiens et internationaux

Pascale Rioux croit que les étudiants internationaux devraient avoir droit à la même aide financière que les étudiants canadiens. Lors de son mandat, elle veut rendre ce soutien accessible aussi aux étudiants venant de l’extérieur du Canada.

La candidate juge que jusqu’ici, le financement n’est pas suffisant pour ces étudiants qui doivent déjà débourser plus de 10 000$ en droits de scolarité par année.

Selon elle, les partenaires qui déboursent déjà pour les bourses destinées aux Canadiens pourraient fournir une part pour les étudiants internationaux. Elle envisage également le recrutement de nouvelles entreprises qui pourraient subventionner ces bourses.

La candidate voudrait également plus de financement pour l’organisation d’activités qui permettraient aux étudiants internationaux de rejoindre la communauté canadienne. « Ils font partie de notre communauté, donc j’aimerais vraiment que le financement qui nous est attribué aux Canadiens, que les étudiants internationaux reçoivent ce financement aussi ».

Des logements accessibles

La candidate veut rendre les appartements plus accessibles aux étudiants, notamment à proximité du campus, pour accommoder ceux qui n’ont pas de voiture. Pascale Rioux veut offrir des loyers abordables. Elle est consciente que les logements sur le campus sont dispendieux et que l’hébergement est l’une des principales causes de l’endettement étudiant. Pour permettre ce projet, elle souhaite créer un partenariat notamment avec la Ville de Moncton et les propriétaires d’appartements.

Les élections de la FÉÉCUM se déroulent de 8h30 le 26 à 16h30 le 27 février.

Plateforme - Pascale

Partagez!