Réforme électorale : vote préférentiel et vote à 16 ans

La Commission sur la réforme électorale au Nouveau-Brunswick, mise sur pied par le gouvernement Gallant, a remis son rapport au début de ce mois-ci, et quelques possibles changements importants sont à noter.

Premièrement, il y a une proposition pour une modification du mode de scrutin pour devenir un vote préférentiel pour l’élection des députés.

Le mode de scrutin actuel élit automatiquement le candidat obtenant le plus de votes, et il est accepté partout au Canada, parce que c’est celui qui semble le plus juste et qui est le plus respecté par la population.

Un vote préférentiel, c’est d’inscrire la préférence de l’électeur pour chacun des candidats, avec des premières, deuxièmes, troisièmes […] positions. En calculant les votes de cette façon, c’est plus facile de favoriser des partis et on pourra même retrouver un parti qui a obtenu le plus de « deuxième » position obtenir le pouvoir au final.

Cela peut apporter beaucoup de controverse et même aggraver les problèmes systémiques existants. D’ailleurs, Brian Gallant a indiqué qu’il n’y aura pas de réforme sans d’abord passer par un référendum ; une décision sage pour être certain de connaitre l’opinion des Néo-Brunswickois.

Ensuite, il y a du progrès pour abaisser l’âge de vote à 16 ans ; le rapport a fait la recommandation d’accorder le droit de vote avant les prochaines élections provinciales. On demande, pour celui-ci aussi, un référendum pour s’assurer de l’appui de la population sur cette décision.

Cela fait déjà plusieurs années que la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick (FJFNB) travaille pour la réalisation de ce projet et l’Acadie Nouvelle a aussi démontré son soutien pour ce dossier. Le Front aussi appuie cette initiative afin de donner la chance aux jeunes de se faire entendre dans le processus décisionnel et d’être conscientisés de leur devoir civique plus tôt.

Ceci pourra aussi apporter un changement quant à l’attention apportée à la nouvelle génération et à ses intérêts et préoccupations par les partis politiques.

À LIRE AUSSI – L’érosion politique des jeunes

Aussi, on y propose, en même temps, de permettre aux jeunes de 16 ans et plus de présenter leur candidature aux élections municipales et provinciales. Les candidats devraient avoir obtenu leur diplôme d’études secondaires.

Enfin, on y retrouve une volonté de réduire la limite de dons individuels d’argent aux partis politiques, ce qui est une bonne résolution pour diminuer la trop grande influence que l’argent peut avoir sur le plan politique.

Les partis politiques vont aussi recevoir des incitatifs financiers pour présenter davantage de candidatures féminines. On commence donc à reconnaitre le problème de la représentation des femmes en politique.

Le Nouveau-Brunswick démontre du progrès pour certains aspects et de drôles d’idées pour d’autres, qui peut changer (ou non) la politique de façon importante. Il faut donc rester vigilant et bien s’informer avant de faire valoir notre voix.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger