Rencontre avec Thierry Watine, auteur du livre «Les nouvelles cartes du journalisme»

Thierry Watine a lancé son livre « Les nouvelles cartes du journalisme » au bar Le Coude, lundi.

Par Makamissa Diabagate et Abiba Konan

C’est dans l’ambiance tamisée du bar Le Coude que nous avons rencontré Thierry Watine, auteur et professeur en journalisme, venu pour la dédicace de son nouveau livre intitulé « Les nouvelles cartes du journalisme : quinze parcours de passion » lundi dernier. L’ouvrage résume bien sa nouvelle vision sur le journalisme. En parcourant son livre, le lecteur pourra notamment apprécier les différentes perceptions que chaque journaliste aussi singulier qu’il soit, se fait du monde.

Il illustre le parcours de quinze journalistes animés par la passion, dont son ancienne étudiante Michèle Brideau, aujourd’hui journaliste à RDI et à ICI Acadie.

Il aborde la question de l’ère numérique, qui est encore un labyrinthe pour les journalistes. Ces derniers doivent apprendre à relever certains défis à savoir la complexité de cet outil, et de ce fait, il propose en quelque sorte des solutions à cet effet.  Convaincu que le journalisme est un métier qui a de l’avenir, l’auteur de ce nouveau bouquin sur le journalisme nous explique ces motivations.

Le Front : Comment décririez-vous votre parcours ?

Thierry Watine : Je suis auteur et professeur de journalisme à l’Université Laval. J’ai voulu comprendre le journalisme, ce qui m’a amené à faire des études supérieures en obtenant une maîtrise et un doctorat sur le journalisme en Acadie. Ainsi, je voulais transmettre ma passion aux futurs journalistes d’ici et d’ailleurs.

Le Front : Pourquoi avoir intitulé votre ouvrage Les nouvelles cartes du journalisme ?

TW: Alors les nouvelles cartes, il faut retenir deux choses. Le premier sens veut dire « nouveaux territoires, nouveaux repères ». Lorsqu’on voyage, on a besoin de nouvelles cartes pour se guider, se repérer.

Le deuxième sens pour « nouvelles cartes », c’est que lorsqu’on a une carte à jouer, on a des atouts, des jokers. Comme tous les métiers, il existe des difficultés dans le journalisme.  Cependant, je pense que c’est encore un métier qui a de l’avenir. Pour ainsi dire, les nouvelles cartes voudraient signifier « territoires et atouts ».

Le Front : Que pensez-vous des médias en ligne, dans la mesure où l’internet a chamboulé en quelque sorte l’univers du journalisme ?

TW: Moi, quand j’ai commencé l’internet n’existait pas. Les jeunes doivent se lancer dans cette aventure et même les journalistes. Je crois qu’il ne faut avoir peur d’utiliser l’internet. Bien, vrai que l’internet a changé beaucoup de choses dans le journalisme, aujourd’hui, les journalistes se doivent de maîtriser les nouvelles techniques et outils, mais également de les utiliser de façon optimale en faisant attention à ne pas tomber dans les rumeurs, les fausses vérités, les fake news, etc. Je crois qu’aujourd’hui, les nouvelles technologies doivent aider les journalistes à mieux faire leur travail.

Le Front : À ce propos, vous parlez de fake news, quelle est votre opinion sur ce phénomène ?

TW : De nos jours, sur la toile, on ne sait pas si on doit accorder de la crédibilité à ce que disent les médias. Je pourrai dire à toutes ces personnes en doute d’avoir un esprit critique. Par contre, les journalistes doivent être très rigoureux parce qu’on a besoin de gens, de journalistes rigoureux et professionnels qui mettent en ligne des contenus véridiques et non des semi-vérités, des semi-nouvelles et des rumeurs.

Le Front : En écrivant ce livre, quel message voulez-vous véhiculer aux lecteurs ?

TW :  Le message est que le journalisme est le plus beau métier au monde en ce qui me concerne. En tout cas, c’est un métier magnifique parce qu’il nous permet de rencontrer des gens formidables qui font l’actualité; pas nécessairement des ministres, des chefs d’entreprises, mais Monsieur et Madame tout le monde, ainsi des citoyens ordinaires. Les journalistes ont la capacité de raconter la vie de ces gens qui font des activités quotidiennes de la société. En le faisant, ils exercent en même temps leur métier, mais [aussi] apportent un changement dans le monde, d’où leur contribution à un monde meilleur.

L’ouvrage de Thierry Watine est disponible sur le campus, à la Librairie acadienne, ainsi que dans plusieurs autres détaillants.

Partagez!