Rénovations du Coude: l’entente sera bientôt signée

CoudeEntente01B

Le Coude a fait l’objet de vives discussions au Conseil d’administration de la FÉÉCUM, le 16 octobre. Photo Samuel LeGresley, Le Front

Le contrat qui permet la rénovation du bar Le Coude va bientôt être signé, ce qui donnera le coup d’envoi au processus d’appel d’offres en vue des rénovations.

L’entente, qui donnera le droit à la Fédération des étudiantes et étudiants (FÉÉCUM) de diriger les travaux de rénovation dans l’enceinte du local appartenu par l’Université de Moncton, a subi beaucoup de modifications dans les dernières semaines, ce qui a repoussé l’ouverture du bar d’au moins deux mois.

Mais selon le président de la FÉÉCUM Pascal Haché, cette fois-ci a l’air d’être la bonne.

« À moins qu’ils nous arrivent avec d’autres modifications, ça a l’air set in stone. Lundi ou mardi, on va l’avoir, on va le signer. »

Après la signature, le processus d’appel d’offres pour trouver la main-d’œuvre nécessaire durera un peu plus d’une semaine selon celui-ci. Quant aux rénovations, elles prendront de deux à trois semaines.

« On parle d’à peu près un mois », a indiqué Pascal Haché lors de la réunion ordinaire du Conseil d’administration de la FÉÉCUM, le 16 octobre.

Des assurances abordables, mais avec conditions

Cette année, la Fédération étudiante s’en tire avec 4 000 $ en frais d’assureur pour couvrir l’ensemble des opérations du Coude et du bar au 63.

Habituellement, ce genre de politique avoisine les 24 000 $.

La FÉÉCUM est parvenue à bénéficier d’un taux réduit en ayant seulement droit à dix soirs où le bar restera ouvert après minuit. Un nombre « suffisant », selon le vice-président interne, puisqu’il y avait rarement assez de clients au bar après minuit pour justifier une fermeture tardive.

« Ça ne devrait pas être un problème. […] C’est rare que le bar vire à sa capacité raisonnable jusqu’à 2 h du matin », explique Alexandre Levasseur.

Le Conseil d’administration de la FÉÉCUM élaborera la meilleure stratégie pour décider quelles soirées le Coude gardera ses portes ouvertes après minuit le 23 octobre prochain.

Avec ce taux d’assurance réduit, qui génère des économies de plus de 20 000 $, les élus espèrent limiter les dégâts budgétaires causés par le bar étudiant, un déficit qui s’est élevé à 38 000 $ l’an dernier.

La FÉÉCUM ne payait que 6 000 $ à son assureur Burns & Wilcox l’année dernière, mais c’est en révisant l’horaire des activités que la firme d’assurances a réalisé que Le Coude faisait plus d’activités de type « bar » que de type « restaurant ». Burns & Wilcox a donc drastiquement augmenté le prix au moment du renouvellement des assurances en septembre.

L’assurance couvre l’ensemble des activités du comité administratif Gestion Osmose, qui s’occupe de gérer les bars du Coude et du 63. Deux sièges votants sont occupés par la FÉÉCUM, et trois par des membres de l’administration universitaire.

Partagez!