Sans réponses des libéraux, Kevin Arseneau devient impatient

Kevin Arseneau tente de briguer l’investiture libérale dans la circonscription de Kent-Nord. Archives: Le Front

Kevin Arseneau est presque à bout de patience. Celui qui a souligné son intention de se présenter aux élections provinciales de 2018 dans la circonscription de Kent-Nord avec le Parti libéral du Nouveau-Brunswick le 24 septembre dernier est sans nouvelles de l’association depuis trois semaines.

Ancien président de la Fédération des étudiantes et étudiants du campus universitaire de Moncton en 2013-2014 et jusqu’à récemment président de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick, il n’a toujours pas eu de confirmation à savoir si sa candidature sera approuvée pour la prochaine campagne électorale.

« Je contemplais pendant longtemps le fait de faire le saut en politique provinciale. Je voyais les dossiers qui avaient de la misère à évoluer et cette réflexion-là m’a amené à poser ma candidature pour les élections provinciales. »

– Kevin Arseneau, ancien président de la FÉÉCUM et de la SANB

Pour M. Arseneau, le choix était simple. Briguer l’investiture d’un parti qui avait le potentiel de devenir la voix de la circonscription pour débattre des enjeux qui touche sa collectivité. C’est alors qu’il entame les démarches nécessaires pour se présenter sous la bannière libérale.

« Y’a un grand document qui faut remplir pour briguer l’investiture, ils appellent ça le feu vert. J’ai été le déposer directement au siège social du parti à Fredericton un mardi. »

M. Arseneau a su du directeur général de l’Association libérale du Nouveau-Brunswick, Pete Belliveau, que le comité se rencontrait tous les jeudis. M. Belliveau lui a donc promis une réponse après la rencontre de jeudi.

À ce jour, trois semaines se sont écoulées à la suite du au dépôt de sa candidature et la réponse tarde toujours à arriver. Comme conséquence, il est est impossible pour Kevin Arseneau de mettre les dispositions légales nécessaires pour avancer sa campagne sans avoir l’autorisation préalable du parti.

« Pour ramasser des dons, pour faire une pleine campagne […], c’est sûr que c’est très très limitatif comme pouvoir si tu n’as pas le feu vert. », affirme Kevin Arseneau dans un soupir.

Deux candidats déjà dans la course

Deux autres candidats ont obtenu récemment leur feu vert. Emery Comeau et Dan Murphy ont tous les deux soumis leurs demandes et l’association les a autorisés dans un délai raisonnable.

Celui qui dit vouloir changer la culture politique sur le terrain a dénoncé ouvertement un environnement toxique dans les partis politiques provinciaux par le biais des médias sociaux.

« Des menaces de ne pas avoir ces timbres pour le chômage si une personne ne se présentait pas votées pour le candidat de son patron lors d’une investiture ; des menaces de déménager les étudiants de la 9e à la 12e de l’École de Rogersville à Miramichi pour une position prise au sujet de l’épandage de glyphosate, des menaces de ne pas “paver” des chemins si on ne tait pas nos opinions. »

– Publication Facebook sur la page publique de Kevin Arseneau

« Nous avons trop longtemps eu un vote, mais pas de voix à Fredericton, poursuit-il sur sa page. Vouloir faire la politique autrement n’est pas chose facile dans cette province où la culture politique en est à son plus bas, dans laquelle l’intimidation et les menaces sont maitres. »

Plusieurs citoyens de la circonscription s’entendent pour dire que M. Arseneau aurait dû se présenter sous une autre bannière. Le Front en a profité pour aborder la question avec lui.

« Je suis perçu, et avec raison, comme étant quelqu’un qui vient de la gauche au niveau de la pensée politique. Je ne cache que mon cœur est avec les verts et que mes bottes de travail sont oranges. »

– Kevin Arseneau

Désespéré par la façon dont les Libéraux traitent de son dossier, il se dit prêt à briguer l’investiture d’un autre parti si les Libéraux ne sont pas proactifs.

« Ce que j’entends beaucoup sur le terrain, c’est que je sois leur porte-parole. Les gens ne sont pas nécessairement fermés à l’idée que ce ne soit pas avec les Libéraux. Certains grands Libéraux depuis longtemps sont dégoûtés de cette façon de traiter mon dossier et de jouer les cartes stratégiques pour me bloquer dans ma candidature. »

– Kevin Arseneau

L’Association libérale analyse toujours le dossier

Rejoint par téléphone, le responsable des relations de presses pour l’Association libérale du Nouveau-Brunswick, Duncan Gallant, indique que tous les dossiers traités actuellement par le comité du « feu vert » sont confidentiels. Un comité effectue un travail de recherche sur chacune des personnes qui souhaitent briguer l’investiture du parti et qu’aucune date de fin de nomination n’a été annoncée pour le moment.

Il affirme toutefois que certains dossiers sont toujours en évaluation et confirme que la candidature de deux personnes a été approuvée  : Daniel (Dan) Gallant et Emery Comeau.

À propos
Pigiste

Anthony Azard est pigiste au journal Le Front. Il entame sa deuxième année du programme d’Information-communication. À CKUM, il co-anime « En direct du nid des Aigles » avec Camille Turbide ainsi que l’émission « Étouffe-toi pas » en compagnie de Jacques-André Lévesque. Depuis 2016, il est aussi collaborateur occasionnel à l’émission « La Route des 20 » sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger