« Reprenons la nuit » : en marche contre la violence sexuelle

D’innombrables marches du genre ont lieu au Canada et aux États-Unis chaque année, comme cette marche tenue par l’Université Concordia à Montréal en 2013. Photo : Flickr/Thien V. (Certains droits réservés)

La FÉÉCUM s’allie avec l’organisme Carrefour pour femmes pour l’évènement Reprenons la nuit, qui aura lieu le 18 octobre. Cette marche communautaire vise à sensibiliser la population à la violence faite aux femmes et au droit de se sentir en sécurité peu importe l’heure.

La Fédération des étudiantes et étudiants (FÉÉCUM) invite la communauté universitaire à participer à la marche contre la violence sexuelle « Reprenons la nuit ». Des marches similaires se déroulent chaque année un peu partout à travers le monde, à l’occasion de la Semaine sans violence.

Cela fait plusieurs années que les organismes tels que YWCA-Moncton, le Carrefour pour femmes inc. et le Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour organisent cet évènement.

« Cette année, c’est Carrefour pour femmes qui s’occupe de cela et qui est notre partenaire pour la campagne de consentement, donc nous avons décidé de nous engager à participer et à apporter une délégation d’étudiants à l’activité »

– Tristian Gaudet, président de la FÉÉCUM

Des pancartes et des slogans seront accrochés sur le campus tout au long de la journée du 18 octobre, puis s’ensuivra la marche dans les rues pendant la soirée.

Tristian Gaudet exprime l’importance de prendre part à cet évènement.

« C’est une initiative pour dire qu’on ne devrait pas avoir peur de marcher le soir, ça rentre en ligne un peu avec la culture du consentement. Ça représente nos valeurs qu’on veut apporter de l’avant cette année avec notre campagne sur le consentement et on pense que ce serait bien de participer ».

Le président de la Fédération des étudiantes et étudiants (FÉÉCUM) Tristian Gaudet

Le message à faire passer avec la marche

Depuis maintenant quelques années à travers le monde, les gens se rassemblent pour participer aux marches Reprenons la nuit. L’idée derrière l’événement est de donner l’occasion aux femmes de briser le silence. Ces dernières reprennent leur droit de se déplacer de façon libre le jour et la nuit, quel que soit l’endroit, sans se faire harceler, soit physiquement ou verbalement.

« Take back the night, c’est le fait qu’une femme ne devrait pas avoir peur … Toute personne doit se sentir en sécurité et ne pas avoir peur de se faire attaquer. On s’est dit nous autres, cette année, on reprend la nuit » déclare Tristian Gaudet.

Il souligne le fait qu’il ne sait pas réellement si c’est la première fois que la Fédération participera à cette marche, mais il est satisfait qu’elle puisse avoir lieu. La FÉÉCUM est encore en phase de préparation de l’activité. Elle envisage de faire des publications pour lancer l’évènement et inviter les étudiants à y participer.

L’objectif de la fédération est d’avoir une grande implication des étudiants.

« On espère que les gens s’y intéressent et que les étudiants vont partager cette marche avec nous » conclut Tristian Gaudet.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger