Réunion du conseil d’administration de la FÉÉCUM : Les faits saillants

par Anthony Doiron

Les membres du conseil d’administration (CA) de la FÉÉCUM (Fédération des étudiants et étudiantes du campus universitaire de Moncton) ont voté l’échéancier FÉÉCUM 2013. Plusieurs dates importantes ont été confirmées.

L’assemblée générale annuelle de la FÉÉCUM aura lieu le 26 mars prochain au Coude à 11 h 20. Les mises en candidature pour les élections à la FÉÉCUM auront lieu du 4 au 15 février, la campagne électorale s’étendra du 15 au 24 février, et les suffrages seront collectés en ligne les deux jours suivants, soit les 25 et 26 février.

Un appui de taille pour les recommandations de la FÉÉCUM
Le vice-président externe de la FÉÉCUM, Alexandre Levasseur, se réjouit de l’adoption des 6 recommandations de la FÉÉCUM par le Forum de concertation des organismes acadiens du Nouveau-Brunswick de la SANB (Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick).

« On pourra dire que ce document-là ne représente pas juste la volonté des étudiants de l’Université de Moncton, mais de tous les membres du Forum de concertation aussi », dit-il.

Le Forum compte 29 organismes parmi ses membres, dont la Fédération des jeunes francophones du N.-B. (FJFNB), la Fédération des conseils d’éducation du Nouveau-Brunswick, l’Association francophone des parents du N.-B. (AFPNB), ainsi que l’Association des enseignants et des enseignantes francophones du N.-B (AEEFNB).

L’affichage francophone sur le campus
Patrick-Olivier Meunier, viceprésident interne des Arts, explique avoir reçu plusieurs plaintes d’étudiants concernant l’utilisation de l’anglais sur certaines affiches placardées sur le campus, telle la bannière de publicité Moosehead sur un des murs du café-bar le Coude, ainsi que le nom de certaines activités de la Coupe FÉÉCUM tel le Gameshow musical, l’Amazing Race et le Décathlon for Dummies. Les membres du conseil exécutif de la FÉÉCUM ont dit qu’ils se pencheraient sur la question.

Des tensions entre nos élus?
Hormis les multiples autres points discutés, celui qui suscita le plus de débats lors de la réunion fut le dixième à l’ordre du jour, soit « Souper de Noël », accaparant plus de 20 minutes du temps total des élus.

Pendant ce point, la viceprésidente interne de la FÉÉCUM, Karina Langis, vu juste d’adresser certains problèmes ayant trait aux relations entre elle et quelques membres du conseil d’administration. S’abstenant de nommer les personnes concernées, elle demanda aux membres s’ils avaient du « linge sale à laver » ou bien des « crottes sur le coeur ». Le tout dura environ une dizaine de minutes. Le Front s’est donc intéressé de savoir ce qui pouvait justifier une telle interpellation en pleine réunion.

Mme Langis explique qu’il existe des tensions entre certains membres du conseil administratif, mais sans préciser.

« [J’ai décidé de faire le point parce que] j’ai peur qu’à cause de quelques personnes du CA, on perdre notre esprit d’équipe. »

Elle confesse que son commentaire n’avait pas sa place en réunion.

« Parce que tout le monde était présent, j’ai cru bon d’en parler, mais c’était un manque de jugement étant donné que j’aurais pu parler à ces gens là à part. »

Lorsque questionnée à savoir si elle pensait que ces tensions affecteraient le travail du CA, Mme Langis préféra ne pas commenter.

Partagez!