Revue culturelle: ECMA, Halifax et interdiction d’entrée

par Karine Martel
Courriel: ekm2554@hotmail.com
La Semaine de la musique de la côte Est, organisée par l’Association de la musique de la côte Est (la East Coast Music Association, ECMA) s’est déroulée à Halifax de mercredi le 6 au dimanche 10 mars.

Cinq belles journées remplies de conférences, de vitrines musicales, de rencontres et de découvertes dans une ville fantastique. Du moins, c’est l’opinion que j’avais des ECMAs la semaine dernière. Et c’est pour cette raison que j’ai eue la folle idée, en collaboration avec l’équipe du journal Le Front, de me rendre à Halifax pour vivre une partie de la Semaine de la musique de la côte Est.

C’est ainsi que je suis partie, fébrile, à la découverte des ECMAs. Premièrement, il faut préciser que plusieurs venues se déroulent en même temps un peu partout dans la ville. Il faut donc préalablement choisir ses intérêts et se concentrer sur ces évènements.  
En moyenne, le coût d’entrée aux évènements varie entre 10 $ et près de 60 $, avec une moyenne de 20 $ par endroits.

Voulant profiter de l’évènement, le verdict était de se rendre aux vitrines de Musique Nouveau-Brunswick, pour ensuite finir la soirée à l’évènement « late night ». Cela nous assurait un bon nombre de groupes et de découvertes.

Vivant dans notre utopie, nous croyions que puisqu’il n’y avait aucun prix d’indiqué à côté de l’évènement, il s’agissait d’une fête à entrée libre pour les couche-tard. Erreur.

Après avoir vu quelques groupes dans un bar, nous nous sommes redirigés à l’endroit suivant pour se confronter à une porte fermée, puisque seuls les détenteurs de la passe de la semaine pouvaient entrée à la fête. Aucun billet à vendre, aucun compromis à faire.

Ne pouvant couvrir un évènement auquel je n’ai pas pu participer, telle est la raison du format choisi.
Bref, la conclusion tirée pour cette première expérience est que les ECMAs ne peuvent être une activité spontanée.

Tout de même
Il reste quand même que l’évènement en soit est pertinent pour la scène culturelle de l’est du Canada. Ce genre d’évènement est très formateur et permet le réseautage qui est nécessaire pour les groupes afin de les aider à s’épanouir.

Cette mésaventure n’est pas suffisante à brimer ma relation avec la Semaine de la musique de la côte Est, mais je sais dorénavant que pour avoir une expérience satisfaisante et profiter de la semaine dans sa totalité, il faut sortir son argent et acheter les passes qui ne sont certainement pas abordables pour un budget d’étudiant.

Prix
Pour ce qui est des prix remis, il y a entre autres Vishtèn qui a reçu le prix de l’enregistrement francophone de l’année pour leur album Mōsaïk. Le groupe Radio Radio s’est mérité enregistrement Rap/Hip-Hop de l’année pour l’album Havre de Grâce. Ben Caplan est l’Étoile de demain avec In The Time of the Great Remembering. Tim Chiasson est le grand gagnant pour l’enregistrement Folklore/traditionnel de l’année, dans la catégorie des artistes solo. Le reste des gagnants sont affichés sur le site Internet de la East Coast Music Association. 

Partagez!