« Right fiers » : un slogan qui fait… right jaser

JB_RightFiers_11févier

Mélissa Martel, présidente du comité organisateur des Jeux de la francophonie canadienne 2017 Moncton-Dieppe, porte fièrement le drapeau acadien lors de la vidéo du dévoilement.

Le comité organisateur des Jeux de la francophonie canadienne de 2017 a dévoilé son logo et son slogan pour cette édition qui aura lieu dans les villes de Moncton et de Dieppe, un dévoilement qui a fait couler beaucoup d’encre.

En effet, une vague de commentaires négatifs et positifs face à ce slogan a envahi les réseaux sociaux jeudi. L’Acadie Nouvelle a d’ailleurs fait un sondage en ligne à savoir si les gens étaient pour ou contre cette formule. En matinée, le sondage montrait une grande majorité contre, mais au fil de la journée, le tout a changé. Sur Facebook, des jeunes se sont mobilisés pour que tous votent pour le projet. Le résultat final de ce sondage fut de : 265 pour et 263 contre, soit un total de 528 personnes. Il s’agit de l’un des sondages de l’Acadie Nouvelle ayant eu le plus de répondants.

Par ailleurs, ce fameux débat sur le « chiac » qui règne depuis belle lurette à Moncton et à Dieppe a fait à nouveau surface. La population semble s’être divisée entre les jeunes de la génération de 30 ans en descendant qui sont majoritairement pour et les gens de la génération d’avant qui sont majoritairement contre.

Un étudiant en faveur, qui a préféré garder l’anonymat, s’est exprimé : « Je trouve ça bien que les jeunes du coin tiennent à valoriser leur culture. ».

Mélanie Comeau, une étudiante en information-communication, est plutôt neutre sur sa position : « Je comprends que cela peut choquer certains. Il est vrai que nous vivons dans une région où nous sommes en minorité et que plusieurs organismes se battent pour conserver notre belle langue, mais en même temps, si on veut bien représenter la région ainsi que les jeunes, je pense que le slogan a sa place. »

Certains étudiants ne veulent pas être mis dans le même panier et sont catégoriquement contre l’idée. Une étudiante, qui a également préféré garder l’anonymat, témoigne : « C’est accrocheur, mais honnêtement, je trouve ça cave! »

Une décision solide

Le choix du slogan « Right Fiers » s’est fait pendant une rencontre entre la Fédération de la jeunesse canadienne-française (FJCF), plusieurs jeunes de la communauté et le comité organisateur des Jeux.

La présidente des Jeux de la francophonie canadienne 2017, Mélissa Martel, qui est aussi une étudiante à l’Université de Moncton, affirme que : « les jeunes voulaient quelque chose qui les représentait et qui fait connaissance de la réalité. »

Une fois la décision prise et le choix faits, le comité s’attendait bien évidemment à toutes les critiques et le débat : « Quand on a décidé du slogan, on a pensé aux commentaires qu’il pourrait y avoir (…), mais on a voulu vraiment prendre en considération ce que les jeunes voulaient », affirme Mélissa Martel.

Les Jeux de la francophonie 2017 Moncton-Dieppe ont beaucoup fait parler d’eux depuis les derniers jours et la publicité s’est faite par elle-même. Une chose qui est sûre, c’est que les Jeux, qui se dérouleront du 11 au 15 juillet 2017, n’ont pas fini de faire parler d’eux. Le comité organisateur promet une septième édition de taille et Mélissa Martel qualifie le tout d’une « expérience extraordinaire » dont ils espèrent être « Right Fiers ».

Partagez!