« The Show Must Go On » : se tenir fort pour CKUM

AA_CKUMConcert1_28septembre

Photo prise lors du concert bénéfice de CKUM le 24 septembre dernier. Photo contribution : Kevin White.

Les étudiants ont presque vécu un deuil au campus universitaire l’été dernier : CKUM ne s’est finalement pas fait retirer son financement de base de l’Université de Moncton. Malgré le renoncement de l’Université à la décision d’annuler le financement annuel de 10 000 $, un groupe d’étudiants gardera un mauvais souvenir empreint dans leur mémoire, celui de la crainte que cela a créé dans le réseau. Et ce groupe a pensé qu’il était de son devoir d’apporter son aide à la radio qu’il chérit tant. Le 24 septembre dernier, Symbiose s’est dit « The Show Must Go On » et ils ont décidé d’aller plus loin en y organisant un concert au bénéfice de CKUM.

AA_CKUMConcert2_28septembre

Kevin White, Vice-président externe de Symbiose, instigateur du concert bénéfice de CKUM. Photo contribution : Anthony Azard.

Kevin White est vice-président social pour le groupe Symbiose au campus de Moncton. L’association porte les intérêts environnementaux, sociaux et communautaires à cœur. Au départ, c’était une initiative personnelle, mais vu les engagements de Symbiose, il a décidé d’amener le projet sur la table.

« C’est parce qu’on a un intérêt communautaire qu’on a décidé d’aider CKUM. C’est une radio communautaire et universitaire puis c’est le tremplin pour de nombreuses personnes », souligne White.

Stéphan Bénard, Anthony Doiron et Karine Godin sont des exemples concrets de personnalités qui ont fait le saut à CKUM dans les dernières années et qui aujourd’hui baignent dans le milieu journalistique.

Dans les faits, la radio communautaire de l’Université de Moncton, CKUM 93,5 FM, offre des postes boursiers pour les animateurs du matin, du midi et du retour à la maison, ainsi que pour certains postes divers à la radio.

C’est au début de l’été, soit le 27 juin, dans l’Acadie Nouvelle, que White a appris en exclusivité la nouvelle que l’Université retirait le financement de base de 10 000 $ à CKUM. La bonne nouvelle que tout était finalement maintenu étant tombée quelques jours plus tard, cet article a forcément influencé Kevin White à aller plus loin :

« Le fait qu’on a vu ça dans le journal m’a vraiment ouvert les yeux sur le monde, sur ma radio, sur ma communauté, qu’il faut en faire plus. »

White, ayant un poste à Symbiose, a décidé de s’exprimer personnellement sur le sujet en retirant l’organisme des propos qu’il souhaitait dire :

« Je pense qu’il faut mettre le problème en lumière, que l’Université doit arrêter de payer des relationnistes pour apaiser des situations comme celle de cet été et simplement de rappeler l’importance de notre radio communautaire CKUM » explique-t-il.

Au moment où White discute avec Le Front, la soirée est encore jeune et les préparatifs vont bon train. Quelques personnes viennent interrompre l’entretien pour poser des questions d’ordre logistique à l’instigateur du projet. Kevin White en profite pour discuter du spectacle :

« On a eu la chance de regrouper de nombreux musiciens et artistes, puis on a une grosse line-up. Pierre Guitard avec sa band, Music Explore, Space Rocks puis les Peanut Butter Sandwiches, Marc Chamberlain, Céleste Godin. Finalement pour la portion plus dans la nuit, on va avoir des DJ amateurs, Marc-André Chambers puis Sam Gagnon, qui animent tous les deux à CKUM », détaille White.

Il tient aussi à souligner qu’une peinture collective de Marcel LeBlanc, Louise Thériault et Marie-France Robichaud sera tirée très bientôt. Le but ultime de la soirée :

« On vise 500 $. C’est l’objectif qu’on s’est fixé. »

CKUM : « On a été surpris ! »

AA_CKUMConcert3_28septembre

Amélie Bryar, directrice générale des Médias Acadiens Universitaires Inc. (MAUI). Photo contribution : Anthony Azard.

Croisé lors des préparatifs pour la soirée, Amélie Bryar est la directrice générale des Médias Acadiens Universitaires Inc. (MAUI). Comme l’initiative ne provient pas directement du média en tant que tel, Bryar s’est dit étonnée de voir un tel mouvement se produire :

« Au départ, Symbiose ne nous a même pas approchés pour organiser l’évènement. C’est quand j’ai vu ça circuler sur Facebook, on a été surpris ! Ils font ça de bon cœur, puis évidemment, on les aide dans l’organisation un peu, juste pour que tout se déroule bien. Mais on n’est pas les organisateurs. », confirme Bryar.

La réaction sur les médias sociaux fut grandiose, Amélie Bryar se réjouit qu’un tel appui soit toujours présent dans la communauté universitaire :

« Les étudiants ont vraiment bien répondu à l’appel de Symbiose, ça prouve qu’il y a toujours un intérêt pour CKUM. »

« À l’heure actuelle, nos projets sont de remplacer notre antenne, située sur le toit de l’édifice Taillon. Elle commence à rouiller et doit être remplacée dès que possible. De plus, l’équipement de mise en ondes est un peu désuet. »

Bryar confirme que le concert ne couvrira pas tous les coûts, évalués à hauteur de 130 000 $, liés aux investissements de la station pour les prochaines années. Par contre, elle explique que le spectacle-bénéfice aidera à éponger une partie de la facture des boursiers de CKUM :

« C’est sûr que le show de ce soir ne couvrira pas nos projets, par contre, ça nous permet juste de pouvoir dépenser notre budget ailleurs, notamment dans nos projets, et d’assurer que nous pouvons continuer d’offrir nos postes boursiers », nous explique la directrice générale des MAUI.

À l’heure actuelle, Patrimoine canadien contribuera aux projets au montant de 62 000 $. Bryar espère qu’une autre partie de la facture sera déboursée par le gouvernement provincial, mais ne compte pas s’arrêter là :

« On commence à planifier une campagne de socio-financement. On est en train de finaliser certains détails avec des partenaires, mais ça devrait être lancé bientôt. »

Le concert-bénéfice de CKUM a rapporté 525 $, soit un peu plus que l’objectif fixé par Symbiose.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger