TOP 12 de l’actualité: (re)vue par Le Front & CKUM

L’année 2017 aura été marquée par de nombreux évènements qui ont su faire réagir la communauté étudiante et le Grand Moncton. Nous vous présentons 12 nouvelles qui ont retenu l’attention de notre équipe de rédaction et de l’information.

JANVIER

Paysage à Tracadie-Sheila à la suite de la tempête du verglas au Nouveau-Brunswick. Crédit photo: Anthony Azard/ICI Radio-Canada Première

Crise du verglas: état d’urgence dans le Nord, Symbiose dénonce dans le Sud

De nombreux étudiants ont été privés de courant à la suite d’une longue période de pluie verglaçante qui a touché le Nouveau-Brunswick, particulièrement la Péninsule acadienne. Ces pannes ont duré jusqu’à 24 heures pour les résidents habitant la résidence LaFrance et quelques secteurs de Moncton.

L’association étudiante pour l’environnement et la justice sociale, Symbiose, dénonce alors la fermeture du Centre étudiant et des bureaux de la FÉÉCUM lors de la crise. Selon Symbiose, ces bâtiments sont considérés comme essentiels pour la communauté étudiante. Notre collègue, Annie Desjardins s’est penchée sur le dossier.

Pendant ce temps, notre journaliste Anthony Azard se rend au coeur de la crise, à Tracadie, dans le cadre de l’émission La Route des 20 d’ICI Radio-Canada Première. Témoignages touchants d’une communauté tissée plus serrée que jamais.

FÉVRIER

Raymond Théberge, recteur de l’Université de Moncton, et Marc Angers, directeur des communications, en conférence de presse au début de la crise des courriels malveillants. Photo: Samuel LeGresley/Le Front

Crise des courriels malveillants

Au soir du 25 mars, un courriel à nature obscène est livré dans plusieurs boîtes de courriel étudiantes de l’Université de Moncton, par une personne non identifiée. Dix autres courriels s’enchaineront ensuite pendant une semaine. Un épisode sombre en 2017 qui sera nommé la crise des courriels malveillants.

Des lignes téléphoniques ont été mises en place dans les trois campus de l’Université de Moncton répartis dans la province, afin d’aider la population étudiante incommodée par les envois de courriels. L’enquête de la GRC est toujours en cours.

MARS

Le conseil d’administration de la FÉÉCUM en rencontre. Photo: Samuel LeGresley/Le Front

La FÉÉCUM ne « versera pas un sou » dans la campagne Évolution

La campagne Évolution, nouvelle initiative du Développement philanthropique, s’est vu refuser l’appui de la FÉÉCUM pour réaliser des projets d’amélioration de l’Université de Moncton. Les étudiants auraient dû payer 25 $ de plus en frais de scolarité pour appuyer l’initiative annuellement.

La campagne a atteint le seuil de 25 millions de dollars, la moitié de son objectif, en octobre 2017.

Samuel LeGresley a suivi le dossier.

AVRIL

Une conférence de presse à la suite de la rencontre du Conseil des Gouverneurs. Photo: Anthony Azard/CKUM

Un autre budget déficitaire à l’Université de Moncton

Le Conseil des gouverneurs de l’Université de Moncton a adopté un budget déficitaire lors de sa rencontre du mois d’avril.

Le déficit prévu au budget pour l’année financière 2017-2018 est évalué 669 000 $. Le déficit tient également compte d’une diminution anticipée des inscriptions pour une quatrième année consécutive, d’une augmentation de 1 % à la contribution du gouvernement provincial et d’une majoration de 2 % des droits de scolarité par rapport au budget 2016-2017.

MAI

La présidente de la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick et étudiante à l’Université de Moncton, Sue Duguay. Crédit photo: François Poirier/Poirier Productions

Second et dernier mandat de la présidente de la FJFNB

Alors que Sue Duguay s’apprête à faire son entrée à l’Université de Moncton en septembre, celle qui milite au nom des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick est élue pour un second mandat au sein de la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick.

En entrevue à l’émission Pognés dans l’trafic à CKUM, Sue Duguay exprime la fierté d’avoir reçu la confiance de ses membres une seconde fois, celle qui cumulera cinq ans d’expérience au sein du conseil d’administration à la fin de son mandat. De plus, depuis septembre 2017, elle est vice-présidente de la Fédération de la jeunesse canadienne-française, l’organisme chapeautant tous les organismes jeunesse au pays.

JUIN

Yves Bourgeois est nommé doyen des Études au campus de Shippagan. Crédit photo: Université de Moncton

Yves Bourgeois est nommé doyen des Études au campus de Shippagan

Lors de la réunion du Conseil des gouverneurs de juin, l’Université de Moncton a procédé à la nomination d’Yves Bourgeois au poste de doyen des Études au campus de Shippagan.

Celui qui détient un doctorat en aménagement urbain de la University of California at Los Angeles est directeur du Centre d’innovation et de productivité et est professeur associé d’économie à la Faculté d’administration de la University of New Brunswick — Saint John.

M. Bourgeois entrera en fonction le 1er juillet 2017 pour un mandat régulier de cinq ans.

JUILLET

Le doyen de la Faculté de Droit de l’Université de Moncton, Fernand de Varennes. Crédit photo: Université de Moncton

Le doyen de la Faculté de Droit, Fernand De Varennes, accusé de conduite avec facultés affaiblies

Radio-Canada Acadie apprenait en juillet dernier que le doyen de la Faculté de droit de l’Université de Moncton, Fernand de Varennes, est reconnu coupable de conduite en état d’ébriété.

Selon les documents de la cour, il avait consommé une quantité d’alcool qui dépassait la limite permise au début du mois de juillet 2015 dans la région de Moncton.

L’événement est survenu peu après qu’il a été élu à l’Organisation des Nations unies (ONU), comme rapporteur spécial sur les questions relatives aux minorités. M. De Varennes devient alors le premier Acadien à occuper un poste de « mandat des procédures spéciales » à l’Organisation internationale pour la protection des droits de la personne.

AOÛT

La nouvelle politique d’alcool de l’Université de Moncton limite à deux le nombre de consommations de spiritueux pouvant être vendu lors de la même vente.

L’Université de Moncton adopte une politique d’alcool

L’Université de Moncton a rendu publique sa première politique d’alcool à la fin du mois d’août. Des restrictions sur la vente, la promotion, la consommation et la fabrication d’alcool sur le campus sont parmi les points de ce document de 36 pages.

Une règlementation aussi exhaustive sur l’alcool n’existait pas à l’Université auparavant, mis à part notamment certaines clauses dans les règlements sur les services de logement et les activités d’intégration.

Entrevue par notre rédacteur en chef, Samuel LeGresley, avec la collaboration de CKUM.

SEPTEMBRE

Olivier Clarisse, professeur en chimie à Moncton et spécialiste en contaminants. Photo: Camille Turbide/Le Front

L’épandage d’herbicide cause de l’émoi à Moncton

À la toute fin du mois d’août, les avions de l’entreprise forestière J.D. Irving épandaient du glyphosate à Turtle Creek, où se situent deux bassins d’approvisionnement en eau potable pour la région du Grand Moncton. La population s’insurge et réagit fortement, incluant la mairesse de Moncton Dawn Arnold qui s’est indignée publiquement face à l’épandage de glyphosate près de Turtle Creek.

Un article en profondeur par notre journaliste multimédia, Camille Turbide.

OCTOBRE

Le ministre provincial de l’Éducation postsecondaire, Roger Melanson. Photo : Anthony Azard, Le Front

Les étudiants internationaux couverts par l’assurance maladie

Après que le gouvernement du Nouveau-Brunswick ait fait la promesse en février dernier d’offrir l’assurance maladie aux étudiants internationaux pour la prochaine année universitaire, ces derniers ont vu que la facture était la même lors de la rentrée de 2017. La situation a été dénoncée par l’Association des étudiantes et étudiants internationaux de l’Université de Moncton ainsi que la FÉÉCUM.

En octobre, le gouvernement du Nouveau-Brunswick lance des mesures visant la couverture de l’assurance maladie des étudiants internationaux à temps plein dans une institution postsecondaire.

NOVEMBRE

L’application « Calendrier FÉÉCUM » avec les événements de ce printemps, l’écran de la dernière mise à jour et le calendrier vide de cet automne. Photo : iPhone/Calendrier FÉÉCUM

La FÉÉCUM déçue de son application mobile, une dépense de 7500$

Dans une enquête débutée au début du mois de novembre, Le Front et CKUM ont appris que l’application Calendrier FÉÉCUM, lancée au coût de 7500$ l’an dernier, ne sera plus mise à jour par la FÉÉCUM au cours des prochains mois. L’organisme se dit déçu du produit final.

Une enquête réalisée par notre journaliste Anthony Azard.

DÉCEMBRE

Le recteur Raymond Théberge présent à une exposition. Photo : Le Front

Le recteur Raymond Théberge annonce sa démission

L’actualité aura fait travailler nos journalistes jusqu’au bout de l’année 2017 alors que Raymond Théberge annonce qu’il quitte ses fonctions de recteur et vice-chancelier de l’Université de Moncton le 26 janvier 2018 afin d’accepter le poste de commissaire aux langues officielles du Canada.

En novembre, une fuite d’informations avait permis à Radio-Canada d’annoncer que Théberge était pressenti à devenir le successeur de Graham Fraser. 

Anthony Azard a suivi le dossier tout le long du processus.

À propos
Journaliste CKUM
Anthony Azard est journaliste pour la radio communautaire CKUM. Récipiendaire du prix Méridia pour sa couverture des sports universitaires en 2018, il est en deuxième année du programme d’Information-communication. Il anime Le Point, couvre l’actualité du sud-est et de la province pour l’ARCANB. Il a aussi été collaborateur occasionnel à l’émission « La Route des 20 » sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première.
Partagez!