Transparence devenue indifférence: documents des conseils étudiants en obscurité

Seulement trois des treize conseils étudiants ont remis tous leurs documents au Front. L’enquête annuelle a pour objectif de faire un compte rendu de la transparence des conseils étudiants envers la population étudiante.

Si les conseils étudiants membres de la FÉÉCUM ont toujours autant de difficulté à archiver leurs documents légaux, plusieurs semblent avoir un sérieux problème avec le concept de transparence ou la mission des journalistes.

Nettement mieux que l’année dernière, mais toujours en minorité, un total de trois des treize conseils étudiants ont soumis tous leurs documents publics au Front.

Plus précisément, six des treize conseils ont répondu à la demande des documents, sans avoir à nécessairement tous les soumettre, alors qu’une majorité de 7 conseils n’a tout simplement pas répondu.

C’est ce qu’a recueilli Le Front à la suite d’une enquête réalisée au cours des dernières semaines.

Semblablement aux enquêtes précédentes, Le Front a envoyé une demande officielle d’obtention de quatre documents par courriel aux conseils étudiants:

1- Une copie des procès verbaux des AGA

2- Une copie des états financiers confirmés de l’année dernière

3- Une copie des budgets provisoires de cette année

4- Une copie des constitutions

Les conseils ont été sollicités d’après la liste de contacts indiquée dans le Guide étudiant de la FÉÉCUM. Un délai de deux semaines a été accordé aux conseils pour soumettre les documents.

Il s’agit d’une amélioration par rapport à l’enquête de 2015, à laquelle aucun des treize conseils étudiants n’était parvenu à soumettre l’ensemble de la documentation. Toutefois, une majorité des conseils de l’époque avaient au moins donné suite à notre demande.

Des frais administratifs: la transparence a maintenant un coût

Malgré le fait que tous leurs documents sont disponibles et affichés clairement près de la porte de leur local, l’Association étudiante de la faculté des sciences de l’Université de Moncton (AÉFSUM) a demandé des « frais administratifs » de 10$ pour une copie numérique des documents.

Dans une lettre destinée au Front, l’AÉFSUM explique que ces frais, nouveaux à cette année, sont pour « décourager des demandes systématiques frivoles, qui pourraient imposer à notre association des nouvelles contraintes de temps et qui pourraient détourner les ressources administratives de nos autres obligations ».

En réaction à la demande du Front pour les documents, l’AÉFSUM a consulté de façon informelle avec deux avocats avant de prendre cette décision.

Toutefois, l’AÉFSUM a bien voulu remettre une copie papier gratuitement au Front pour la rédaction de l’article.

Le conseil de l’École des sciences des aliments, de nutrition et d’études familiales (ÉSANEF) a également fait mention de frais de service pour obtenir la documentation.

Dans l’échange de courriels avec Le Front, la présidente de l’ÉSANEF, Julie-Ann Michaud, a d’abord précisé que leurs documents étaient disponibles dans le local du conseil à la disposition de tous les étudiants, professeurs et membres de la communauté.

Lorsque Le Front a tenté de prendre rendez-vous pour consulter les documents, L’ÉSANEF n’a pas été disponible. La présidente a ensuite rajouté qu’il y aura désormais des frais administratifs, cette fois pour des impressions papiers, imitation de l’initiative de l’AÉFSUM. Dans le cas où tous les conseils étudiants suivaient cet exemple, toute enquête externe sur la transparence des conseils et leurs documents officiels pourrait coûter 130$.

La situation s’améliore aux Arts

Depuis l’année dernière, le conseil des arts (AÉACUM) tente de gérer les restants du fiasco qu’était l’organisation du conseil des années précédentes, comprenant un local complètement désordonné, un manque de participation, en plus d’avoir été victime d’une fraude de près de 15 000 $ par un de ses anciens présidents. En 2012, Louis-Philippe Roussel a falsifié la signature sur plusieurs dizaines de chèques, avant de se faire pincer. L’argent a finalement été remboursé.

Cette année, l’AÉACUM semble avoir pris le dessus sur ces problèmes, assez pour présenter tous leurs documents. De plus, le poste de VP académique vient tout juste d’être attribué, alors que le poste de VP finances demeure vacant depuis 2015.

Marie-Michèle Vienneau, présidente de l’AÉACUM, explique qu’une meilleure transition entre les mandats des anciens et des nouveaux membres du conseil a été votée à l’AGA, afin que le transfert d’informations et de documents s’effectue de manière plus souple. Toutefois, elle ne nie pas le fait qu’il y a effectivement eu un peu de désordre dans le local:

« On est encore en période de ménage. (…) Moins que l’année dernière, mais c’est vraiment un long processus, parce qu’on ne peut pas juste jeter n’importe quoi. (…) ça traine un peu, mais les documents sont à jour », affirme la présidente de l’AÉACUM. »

Raisonnements

L’AÉÉICUM (Association des étudiants et étudiantes internationaux du campus de l’Université de Moncton) a donné au Front comme réponse qu’ils ne pouvaient remettre le procès verbal de leur AGA, leurs états financiers confirmés de l’année dernière ou leur budget provisoire de cette année, puisqu’il est indiqué dans leur constitution (remis) que cette décision doit d’abord être approuvée par leur Conseil administratif (CA).

De son côté, l’AÉFAUM (Association étudiante de la faculté d’administration de l’Université de Moncton) a choisi, en vertu de la décision de son CA, de ne pas remettre les documents officiels au Front, dû au mécontentement face à la forme de l’article qu’a publié Le Front sur la même enquête, il y a un an:

« On n’a pas aimé la façon que ça a été présenté », avoue Nicolas Robichaud, VP externe de l’AÉFAUM, lors d’une entrevue avec Le Front.

Il est à noter ici que les documents de l’AÉFAUM n’ont pas été remis au Front l’année dernière non plus.

Pour sa part, Melissa Roy, VP finances de l’AÉFAUM, explique que l’hésitation qu’avait le conseil à fournir les documents provenait du haut niveau de critique qu’a engendré l’article de l’année passée aux conseils qui ont choisis de rendre leurs documents publics.

Encore une fois, il est à noter que les plaintes portées contre l’article de Samuel LeGresley, ancien journaliste et VP Front, ressemblent énormément aux raisonnements qu’ont donnés certains conseils de ne pas remettre leurs documents cette année; c’est-à-dire en préoccupation de la forme et non du contenu.

Par contre, la VP finance de l’AÉFAUM insiste sur le fait que les documents sont toujours disponibles pour les membres de l’AÉFAUM, c’est-à-dire les étudiant(e)s en administration:

« Si un membre de notre association vient demander les documents, on les leur remettra. Le Front n’a pas approché l’AÉFAUM comme étudiant membre. », affirme-t-elle.

Réactions de la FÉÉCUM et légalités

Lors de deux brèves entrevues avec Le Front, Alexandre Cédric Doucet, VP interne de la FÉÉCUM, avoue être « un peu déçu » de la réponse, ou plutôt du manque de réponses des conseils étudiants, sans pour autant s’affirmer à l’intérieur de l’affaire, ne connaissant pas tous les raisonnements des conseils:

« Personellement, je suis déçu, mais je n’ai pas l’input des conseils. Je pense qu’ils devraient avoir une raison », exprime le VP interne de la FÉÉCUM (Fédération des étudiants et étudiantes du campus de l’Université de Moncton).

De plus, Doucet exprime son étonnement face aux nouveaux frais administratifs qu’ont imposés certains conseils, en échange de leurs documents:

« Je suis surpris de voir un coût financier sur une copie numérique ou même de voir des copies! Cet article est simplement, depuis mon arrivé à l’université, un bel exercice de transparence envers les conseils! », explique-t-il.

Comme le conseil de l’AÉFSUM l’a soulevé dans sa lettre et, suite à ce fait, l’ÉSANEF dans un échange de courriels avec Le Front, rien n’oblige les conseils étudiants à remettre leurs documents aux médias, ni à toute autre entité externe autre que leurs propres membres (étudiants), en vertu de la Loi sur les compagnies (C-13).

Conseils membres de la FÉÉCUM Péréquation Montant en bourses Procès verbal AGA Budget adopté Constitution
AÉFAUM (Administration) 5 321,00$ Refusé Refusé Refusé Refusé
AÉACUM (Arts) 3 034,50$ 2 500, 00$ Disponible Disponible Disponible
AÉÉDUM (Droit) 1 923,42$ Aucune réponse Aucune réponse Aucune réponse Aucune réponse
AÉÉSÉUM (Éducation) 2 777,41$ 3 000,00$ Disponible Disponible Disponible
AÉÉGUM (Ingénierie) 2 745,50$ Aucune réponse Aucune réponse Aucune réponse Aucune réponse
AÉÉICUM (Internationaux) 3 071,70$ Pas disponible Pas disponible Pas disponible Disponible
CEEKL (Kinésiologie-récréologie) 2 489,21$ Aucune réponse Aucune réponse Aucune réponse Aucune réponse
ÉSANEF (Nutrition) 1 792, 59$ Pas remis Pas disponible Pas remis Pas remis
AÉÉP (Psychologie) 2 387,30$ Aucune réponse Aucune réponse Aucune réponse Aucune réponse
AÉFSUM (Sciences) 4 292,50$ Membres bénévoles- 0$ Disponible Disponible Disponible
CÉÉSI (Science infirmière) 2 678,20$ Aucune réponse Aucune réponse Aucune réponse Aucune réponse
AÉÉSSUM (Sciences sociales) 2 532,95$ Membres bénévoles – 0$ Disponible Disponible Disponible
CÉTS (Travail social) 2 581, 73$ Aucune réponse Aucune réponse Aucune réponse Aucune réponse

Partagez!