Un Festival de films espagnols bientôt sur le campus de Moncton !

par Stéphie Rebmann

Les activités culturelles proposées sont diverses sur le campus de l’Université de Moncton. Les étudiants ont l’embarras du choix et ce n’est pas à défaut de le souligner. Sur un point de vue cinématographique, il existe le Festival international du cinéma francophone en Acadie (FICFA), le ciné-campus projetant deux fois dans la semaine un film québécois ou francophone ainsi que le Far Out East diffusant une fois par semaine un film anglophone au pavillon Jacqueline-Bouchard.

Les amoureux du grand écran peuvent savourer les réalisations de l’hexagone, les productions étatsuniennes ou encore de la province voisine qu’est le Québec. Mais qu’en est-il des autres pays aux langues envoutantes, aux langues chantées?

Croyez-le ou non, un festival consacré aux films espagnols verra le jour fin février. C’est un bon début et cette initiative va permettre de faire découvrir une langue aux accents exotiques et un pays aux coutumes diverses.

La naissance du festival
« Ça fait longtemps que l’idée me trotte dans la tête » commence Cynthia Potvin, professeure d’espagnol au département de traduction et des langues. Madame Potvin voulait ajouter une culture à la palette cinématographique qui se trouve déjà sur le campus. Des films de toutes sortes, sur le campus ou en ville, il y en a plein et pour tous les goûts. Toutefois, c’est très rare que les salles de spectacles projettent des films hispaniques sur la toile. Son intention est de promouvoir les films hispanophones, l’histoire de l’Espagne et de ses sites enchanteurs, mais également de découvrir les acteurs espagnols dans leur originalité. Qui ne connaît pas la jolie brunette aux traits typés, Penelope Cruz? Sachez qu’il y en a bien d’autres aussi connus qu’elle. Le cinéma hispanophone est un cinéma très riche qui couvre une panoplie de sujets. C’est précisément pour cette raison que Cynthia Potvin souhaite faire découvrir la beauté de la chose et partager sa passion pour l’espagnol. Les films seront sous-titrés donc pas de stresse de ce côté. Tout le monde est la bienvenue. Et bien sûr, la diffusion des films sélectionnés aura aussi un aspect pédagogique pour les étudiants de 4e niveau ainsi que les étudiants du cours de civilisation de Madame Potvin qui seront sollicités à venir regarder au moins un film. Une activité éducative vraiment motivante. Cependant, comme tous projets, il faut des financements.

Des étudiants impliqués
Cynthia Potvin a mis en place un comité où elle y a inclus des étudiants de ses cours d’espagnol. « La présence des étudiants est primordiale pour la réalisation de ce festival », précise-t-elle. Leurs tâches seront de participer à faire la promotion de l’événement et de créer un climat moins strict à l’extérieur de la salle de classe. « Je me suis dit que j’aimerais travailler avec des étudiants pour réaliser des activités de promotion pour le festival », ajoute la professeure. Les activités de promotion touchent tout le monde. Donc si quelqu’un, pour une raison X ne peut participer au festival et qu’il est un grand amateur de café, il pourra aller en déguster un lors d’un stand et prendre de l’information. Restez un peu à l’affût des activités proposées, car il y en a une tous les moins environ. Cynthia Potvin précise qu’elle travaille avec des étudiants qui se sont proposés sur la base du volontariat. Elle les a surnommés le Comite des Étudiantes et Étudiants Volontaire en Espagnol. Même des personnes ayant fini leur cours d’espagnol sont dans le comité, car le festival les intéressés.

C’est donc un rendez-vous qui vous est donné en février prochain pour découvrir une tout autre culture grâce à des images très révélatrices.

Partagez!