Un premier EP solo pour Simon LeBlanc Alias Simon Daniel

Simon LeBlanc est présentement étudiant à l’Université de Moncton en baccalauréat multidisciplinaire en art, philosophie, histoire et sciences politiques. Depuis un an, il œuvre dans l’industrie musicale en faisant des spectacles solos ou avec son groupe de musique « À la Jones ».

Lorsque Le Front lui demande s’il y a une belle histoire qui explique son introduction à la musique, il réplique : « J’ai pas une famille qui est particulièrement musicale, j’suis kind of comme le black sheep de cette façon là. C’est mon cousin qui m’a introduit à la musique pis c’est pas si cute que ça, parce qui m’a introduit au métal ».

À l’âge de 10 ans, il commençait déjà à s’intéresser à la musique de façon sérieuse.

« C’est quelque chose que j’ai développé par moi-même finalement, j’achetais mes propres albums, basically j’tannais tout le monde dans la maison parce que j’écoutais des tunes right loud all the time ».

Depuis environ un an, Simon travaille sur un nouveau projet qu’il a su réaliser plus rapidement que prévu grâce à une subvention de Musicaction et du Gouvernement du Nouveau-Brunswick, un bel exploit pour le jeune homme âgé de 23 ans. L’enregistrement de son tout premier EP solo a été réalisé en fin août au Studio Pumk’n Patch, sous l’étiquette « Le Grenier Musique ».

Simon a évidemment eu une belle expérience en studio avec le réalisateur Sébastien Michaud et les musiciens impliqués : « Les chansons étaient toutes nues pis lui [Sébastien Michaud] les a habillées avec une belle robe », dit-il un peu à la blague.

Le lancement se fera le jeudi 29 octobre prochain de 17 h 30 à 19 h 30 à la Salle Bernard-LeBlanc du Centre culturel Aberdeen, et l’entrée est libre.

« Le lancement ça va être spécial, j’suis accompagné de neuf musiciens, qui est comme vraiment spécial pour moi, parce que j’ai jamais joué en formule full band (…). Ça promet d’être un spectacle assez énergétique, j’pense que ça vaut la peine de venir », fait-il savoir. LeBlanc explique la signification derrière le titre « EP jaune » : « parce que le thème visuel de l’album est jaune, pis j’pense que la couleur jaune ça représente bien la vibe de l’album ».

L’artiste explique aussi qu’il a choisi son nom d’artiste comme étant Simon Daniel, puisqu’il y avait déjà un humoriste québécois avec son nom.

« Quand tu types Simon LeBlanc dans Google, c’est lui [l’humoriste québécois] que tu vas trouver ». C’est dans son propre arbre généalogique qu’il découvre le nom « Daniel » à deux reprises, sur le côté paternel et aussi maternel, et décide alors de se l’approprier.

Le musicien est reconnu pour son groupe de musique « À la Jones », pour lequel il pense consacrer moins de temps cette année.

« Ça veut pas dire que c’est fini, ça se peut qu’on décide de jouer ensemble de nouveau, mais pour l’instant mon énergie va être consacrée à mon projet solo. »

LeBlanc explique qu’avec ce groupe, les chansons étaient majoritairement anglophones et que son nouveau projet solo est plutôt francophone.

« J’pense que j’vais être capable de rejoindre davantage de gens avec ce projet là parce que (…) c’est un projet qui est majoritairement francophone. »

Le style est assez mélangé; sans vouloir le définir, Simon explique qu’il emprunte un peu de jazz, de rock progressif, de rock alternatif et de pop.

« Y’a un peu de gens qui m’ont dit que ça ressemble un peu à Radiohead. (…) C’est comme d’la happy music », partage-t-il.

Le premier extrait radio de Simon Daniel, « Changer », est disponible sur la page d’accueil de legreniermusique.com et il sera possible d’acheter l’EP sur place à l’événement au prix modeste de 10 $.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger