Une année remplie de prestige pour le guitariste Christien Belliveau

 Christien Belliveau, âgé de 28 ans, est un musicien bien reconnu dans l’industrie musicale et aussi auprès du public EL_TerreNoire1_14oct2015pour son talent inouï à la guitare. Le musicien est originaire de la Vallée de Memramcook et y réside actuellement. C’est à l’âge de 12 ans qu’il commence à jouer de la guitare, après l’avoir acheté à bon prix de son cousin. «

 Lui y’a jamais appris comment jouer, so every time qu’on parle about ça, y me dit, well tu m’en dois une! ».

Avant de découvrir cet instrument, il était très sportif, mais est vite devenu obsédé par la musique.

Un parcours impressionnant

Belliveau a commencé à jouer de la guitare de façon professionnelle à l’âge de 16 ans. Depuis, il a joué comme musicien remplaçant dans plusieurs bands comme Fayo, Daniel Léger, les Hay Babies et a aussi fait plusieurs représentations au Pays de la Sagouine.

C’est en 2006, à l’âge de 19 ans, qu’il décide de s’aventurer à l’Université de Moncton pour se spécialiser en musique. Il réussit presque entièrement sa première année, mais trouvait qu’il y avait trop de théorie et pas assez de cours dédié à jouer des instruments. Il continue donc de jouer dans des groupes de musique qui le recrutent pour son talent évident, prouvant que la persévérance pour réaliser ses rêves est la clé du succès.

Les BackYard Devils est son premier groupe de musique officiel où il « fait vraiment partie de la band »; il avait alors 23 ans. Le groupe est ensemble depuis cinq ans et a déjà joué au Canada, au Royaume-Uni, en Irlande, en Suisse, en France et aux États-Unis. Le groupe de musique sera aussi présent dans le cadre du Festival (506), le samedi 17 octobre au Tide and Boar.

Un nouveau groupe de musique

En novembre dernier, Christien et l’artiste country reconnu Daniel Léger, ont commencé à jouer dans les écoles.

« On voulait faire des tounes que les adultes écouteraient, mais que les enfants écouteraient itou, qu’auraient comme un message derrière ».

Ils ont commencé par écrire ensemble trois chansons dans une chambre d’hôtel. C’est en écoutant ces dernières qu’ils ont constaté que cela pourrait faire un projet plus large que la clientèle qu’ils avaient ciblée.

En marchant sa chienne dans les bois derrière chez lui, Christien pense à un nom pour son nouveau groupe.EL_TerreNoire3_14oct2015

« Plus creux que tu vas dans les bois, on dirait plus la terre vient noire, (…) plus que tu dig dans les racines, ça vient plus noir. So basically, la terre plus fertile elle est plus noire. »

Les deux musiciens adoptent donc le nouveau nom comme « Terre Noire ». Belliveau souligne que ce n’est pas un nom maléfique, mais plutôt « roots ».

« J’aimais la way que ça ringait, surtout dans une bouche acadienne ».

Chris joue de la musique avec Daniel depuis 2004.

« Daniel a tout le temps été plus un artiste plus country (…)  avec moi dans le portrait, ça rendu ça plus southern, plus salaud si tu veux ».

Le duo a déjà fait plusieurs concerts en France cet été et il a reçu de bonnes réactions.

« Quand t’as 2000 à 3000 personnes dans un tent qui chantent les tounes que t’as écrit, c’est une awesome feeling. »

Chris se sent bien par rapport à ce nouveau projet qu’il s’approprie : « ça feel right (…) c’est mon seul projet créatif à part des BackYard Devils pis ceci c’est français ».

Il ajoute : « Jpense que le monde qui aime [le style de] Daniel Léger vont quand même aimer ceci, but jpense ça va rejoindre d’autre monde qu’aurait peut-être pas écouté Daniel ».

Leur premier spectacle de Terre Noire en Acadie se déroulera au Monument Lefebvre à Memramcook le 24 octobre prochain. Le groupe sera accompagné de Dillon Robichaud (violon, mandoline, bandjo) et de Rémi Arsenault (contrebasse).   

Un nouveau bébé : projet studio d’enregistrement de musique

C’est Mike Trask, un musicien originaire de la Nouvelle-Écosse, qui approche Belliveau le printemps dernier pour lui parler d’un nouveau projet de compagnie d’enregistrement.

« Moi, ça tout le temps été un rêve. (…) D’avoir un studio c’est comme le top, pis le fait que c’est dans ma backyard, pis que c’est dans une vieille grange, c’est juste incroyable ».

Ils ont déjà enregistré deux projets d’artistes qu’ils connaissaient bien afin de tester l’équipement de Mike Trask cet été : « on a déjà vraiment des bons sons, pis des bons compliments ».

Le duo a une vision bien particulière pour leur studio d’enregistrement qui n’est pas encore tout à fait prêt pour les nouveaux clients.

« On fait toute analog sur la tape, comme dans le vieux temps, y’a rien de digital, toute la prise de son initialement va sur la tape ».

Ils veulent aussi enregistrer tout le groupe de musique ensemble, contrairement à plusieurs autres compagnies qui décident plutôt d’enregistrer quelques bouts à la fois.

« Ça fait une vibe (…). Surtout même des nouvelles bands qu’ont jamais travaillé longtemps ensemble comme ça, ça va peut-être créer de la nouvelle magie ».

Christien explique qu’il reste essentiellement juste à préparer la vieille grange pour l’hiver et y ajouter un poêle à bois : « By the time qu’on soit toute installé, j’dirais probablement que dans la nouvelle année, on sera prêts à accepter whoever qui veut venir ».

Belliveau pense qu’il sera éventuellement en mesure d’enregistrer les chansons de Terre Noire dans son studio.

Author Details
Emilie est diététiste présentement à la maîtrise en sciences de la santé. Elle est passionnée de la nutrition et de la cuisine et souhaite transmettre ceci à ces lecteurs. N’ayant pas peur du ridicule et étant parfois sarcastique, ceci ne se traduit pas toujours très bien à l’écrit, mais elle tente tout de même de bien passer le message.
Partagez!