Une cueillette et vente de livres sur le campus de Moncton

par Yannick Nganhou

Symbiose est une association étudiante dont la mission est de sensibiliser et d’éduquer les communautés universitaires et locales aux enjeux reliés à la protection de l’environnement et à la justice sociale, peut-on lire sur la page d’accueil de leur site. Tout au long de l’année, elle organise des activités dont la vente des livres usagés puisque la réutilisation des livres est un acte écologique.

La semaine dernière, l’association procédait à une nouvelle cueillette de livres. Du 4 au vendredi 6 septembre dernier étaient les jours choisis pour la cueillette. La procédure était toute simple : les étudiants, qui ont une fois de plus répondu présent, venaient déposer leurs livres. Une fiche était mise à la disposition de chacun pour procéder à l’enregistrement des livres à vendre. La période de récupération des livres allant du 16 au 18 septembre leur était communiquée. La date butoir a été fixée au 18 octobre ; au-delà de cette date, tous ceux qui n’auront pas récupéré leurs livres les perdront.

Dès les premières heures, des étudiants venaient procéder à l’enregistrement de leurs documents usagés. Le prix de vente des livres était laissé à la discrétion du vendeur.

En effet, « ce sont les étudiants qui décident du prix de revente » indique Marianne Bourgeois vice-présidente de Symbiose, alors qu’elle est très occupée par l’affluence des étudiants. L’association, elle, prélève 10% des ventes. Ce qui permet à la fois de renflouer les caisses de l’association tout en menant une activité écologique.

Pour ce qui est de l’organisation : il n’y a rien à critiquer, tout s’est bien déroulé. Les bénévoles se relayaient chacun à leur tour.

L’association a mobilisé environ 20 bénévoles pour assurer la cueillette et surtout la vente de ces livres. En général, à peu près 2000 livres sont recueillis.

« Pour Symbiose, commente Marianne Bourgeois, c’est la plus grosse activité de l’année. »
Cet événement a le mérite d’être une bonne façon d’aider les étudiants à minimiser les dépenses nécessaires quant à leur documentation obligatoire.

L’activité est appréciée de tous et fait beaucoup d’heureux, que ce soit pour les revendeurs comme pour les acheteurs.

C’est cette joie qui pousse Christel Mallet à dire : « Premièrement, c’est pour me faire un peu d’argent. Ensuite vendre mes livres dont je n’ai vraiment plus besoin. Et c’est aussi une façon d’aider les personnes qui n’ont pas assez d’argent pour acheter des livres neufs. »

Les ventes sont commencées depuis le lundi 9 septembre à 8h30. Elles se poursuivent actuellement au sous-sol de la chapelle et prendront vendredi prochain à 16 h. Certains ont pu réaliser de bonnes affaires.

La prochaine édition est prévue pour l’hiver 2014.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger