Une dernière question

Le temps des élections de la FÉÉCUM est arrivé et, pour la première fois depuis quelques années, plus de quatre étudiants se présentent. Est-ce que la compétition amicale sera assez pour encourager la population étudiante à exercer leur droit de vote? On l’espère bien.

On comprend l’importance de voter lorsque l’on regarde le taux d’étudiants qui ont voté l’an dernier lors des élections de la FÉÉCUM, qui était d’un peu plus de 26%. C’est à peine au-dessus du quorum demandé, soit 25%. C’est vrai qu’il est difficile de s’intéresser à la FÉÉCUM, surtout lorsqu’on ne sait à peu près pas quel est son mandat, ou quelle est son utilité. Demandez-le à l’étudiant moyen : les chances sont qu’il ne pourrait pas vous dire à quoi sert la FÉÉCUM, ni à quoi correspond son sigle.

Mais quand même, la beauté de tout cela est que l’étudiant moyen peut s’impliquer dans la FÉÉCUM; l’université offre une chance en or de s’investir dans la vie étudiante et de réaliser des projets qui profiteront à tous. La démocratie est la voix du peuple, et il est important que tous se sentent confortables d’y participer s’ils le désirent. Cependant, pour ceux et celles qui se présentent, il est nécessaire d’avancer bien plus que des idées, mais également un plan réalisable et sensible à la cause étudiante.

Il nous faut plus que des idées vagues qui prennent moins d’une ligne sur une plateforme électorale, mais un plan concret avec des solutions pratiques et mesurables. « Promouvoir les valeurs acadiennes » et « rehausser l’implication étudiante » sont toujours des mots qui résonnent bien puisque ce sont des enjeux qui nous sautent pratiquement au visage, mais identifier un problème n’est qu’une bien petite étape. À nos candidats, donnez-nous plus que le fait de souligner des enjeux récurrents et prévisibles, donnez-nous un plan proactif et mesurable. Donnez-nous des chiffres visés ou même un échéancier pour nous montrer que votre plan est atteignable et que vous nous êtes redevables.

En tant que population étudiante, il est de notre devoir de s’investir dans la campagne électorale de notre Fédération étudiante, mais aussi de se questionner sur la légitimité et la pertinence des suggestions avancées par les candidats, remettre les choses en question étant à la fois notre droit et notre liberté démocratique. Il est nécessaire d’encourager nos candidats et candidates à prendre leur rôle à cœur, tout comme il est impératif de les questionner sur leurs motivations et sur les détails de leurs plateformes.

À tous les candidats et candidates, nous vous souhaitons bonne chance, et nous espérons que vos efforts porteront leurs fruits. À tous les étudiants et étudiantes, nous vous encourageons d’exercer votre droit de vote le 29 février et 1er mars prochain.

En espérant que cette fois sera la bonne en terme de participation aux élections ainsi qu’en terme d’une FÉÉCUM qui fera connaitre son nom et ce qu’elle représente.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger