Une nouvelle gérance au 63

CRC_gérance63_092015Sylvie Cormier, ancienne de l’université de Moncton, prend le contrôle au Resto-Bar Le 63.

Depuis juin dernier, Mme Cormier remplit les fonctions de Xavier Bauby, dernier gérant du resto-bar.

À peine encore au début de ses fonctions, Sylvie Cormier en a déjà beaucoup dans son assiette. Pendant son entrevue avec Le Front, elle aborde des plans à court terme pour l’emplacement en collaboration avec les services alimentaire.

Le tout est misé sur la simplicité et l’efficacité : «  On regardait pour le 63, qu’est-ce qui marchait, qu’est-ce qui ne marchait pas ». Avec l’indépendance du 63 des Services alimentaires pour sa deuxième année, Mme Cormier veut s’assurer de corriger certaines choses et d’en développer d’autres. « Ça fonctionnait bien, mais y’avait des petites choses qui fonctionnaient moins bien et qui n’avais pas eu le temps de se développer ». Elle ajoute : «  Cette année on veut offrir une plus grande variété de plats plus santé afin d’avoir une alimentation saine ». Un menu végétarien et rotatif sera mis en place comme deuxième alternative au menu, ainsi que des choix sous format à emporter.

La gérante explique aussi combien il était difficile de rejoindre les étudiants sur plusieurs niveaux. Autant de par la visibilité, les prix et même la nourriture. Elle déplore le manque d’alternatives pour les étudiants internationaux et les deuxièmes choix de repas : « Le porc était trop souvent présent dans le menu, donc on va offrir maintenant d’autres alternatives comme du peppéroni au bœuf, par exemple». Il en va de même pour le menu végétarien : « Je veux mettre l’emphase sur les protéines, pas seulement avoir des pâtes avec de la sauce tomate. On veut des protéines et autres nutriments pour avoir un repas complet ».

Des modifications au niveau de l’affichage sont déjà en branle. Désormais, toutes les cantines possèderont des indications claires du menu du jour avec les prix, autant sur place qu’au 63.

Pas de prix plus bas

La nouvelle année n’apportera pas de prix plus bas pour les repas. En soulignant que les prix du marché ne baissent pas, Mme Cormier explique qu’ils se doivent d’augmenter légèrement la valeur des repas et autres articles. Elle assure que ce n’est pas une recherche de profit absolu, mais une histoire d’équilibre : « On cherche à donner le meilleur prix aux étudiants tout en aillant une petite rentabilité normale ». C’est donc dans cette perspective que les compensations seront sous le choix de combo et trio, afin de diminuer la facture.

Mme Cormier affirme qu’elle souhaite développer un partenariat avec la Fédération des étudiantes et étudiants du campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM), afin de mieux répondre aux besoins des étudiants. Elle ajoute être très ouverte aux ajustements. Elle espère aussi pouvoir travailler avec la nouvelle gérance au bar Le Coude.

« À long terme, je veux que les étudiants aient confiance au 63, dans le sens qu’on peut rejoindre leurs besoins alimentaires ».

Nutritionniste de formation et un passé dans l’hôtellerie, Mme Cormier se sent prête et déterminée relever le défi et de changer la donne. Avec une telle vision à long terme, elle affirme que tous ces projets en branles seront en vigueur d’ici le début du mois d’octobre. Quant aux casse-croûte à travers le campus, tous sous la gouvernance des Services alimentaires, ils ne verront pas de changements prononcés dans leurs horaires ou menus.

Partagez!