Une ouverture sans pareil pour la 29e édition du FICFA

Le festival tant attendu par les cinéphiles débutait jeudi dernier.

La foule a eu la chance d’entendre plusieurs discours de gens impliqués dans la réalisation du FICFA. Déjà à l’ouverture avec une salle complète au Capitol, le festival s’annonçait un succès. Comme le disait si bien Marc Gauthier, le directeur général du FICFA : « À peu près tout le monde s’entend qu’une 29e édition se démarque principalement… en étant la dernière avant la trentième ». Le FICFA ayant contribué 29 belles éditions, les organisateurs sentaient le besoin de renouveler leurs vœux : « Acadie, au nom de toute l’équipe, puis-je vous redemander votre main pour les 29 prochaines éditions? ». Voilà une preuve d’amour de l’équipe qui annonçait bien le film d’ouverture.

Valley of Love

Le film Valley of Love, qui se déroule dans La Vallée de la Mort en Californie, met en vedette Gérard Depardieu ainsi qu’Isabelle Hupert. Le couple divorcé depuis longtemps vit ensemble l’étrange requête de leur fils qui s’est suicidé six mois auparavant. Leur devoir consiste à se rendre dans les sept lieux de la Vallée, à une heure précise et d’attendre le retour de leur fils. Leur aventure consiste-t-elle d’hallucinations causées par les coups de chaleur ou ont-ils réellement vu ce qu’ils croient? Un film rempli d’émotions qui vous met dans le doute et laisse croire aux plus spirituels que de tels événements se produisent réellement et aux plus sceptiques de croire à la science. Ma cote personnelle : 3,8/5.

Programme Acadie 1

Une salle comble au Cinéplex de Dieppe attendait la première programmation de courts et moyens-métrages produits par des gens de la région le samedi 14 novembre. En guise de début, le court-métrage de Justin Guitard Presqu’aussi vierge que la Vierge laissait place à une comédie théâtrale assez particulière. N’étant que 10 minutes, l’effet charmeur était assez bien réussi. Ma cote : 4/5.

EL_FICFA2_18nov

André Roy, en entrevue exclusive avec Le Front. Photo Emilie LeBlanc, Le Front

André Roy, pour qui le monde du cinéma est nouveau, explique au Front qu’il était assez nerveux avant la représentation de son film Un dîner de Noël pas comme les autres. Le moyen-métrage, qui était une collaboration avec le Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick, a d’abord comme mission de faire un film pédagogique pour les futurs praticiens pour parler des dix troubles de personnalités. André Roy avait accepté le défi d’en faire une fiction pour que ce soit plus intéressant à visionner.

Roy commente sur la fin assez triste du film : « Moi j’dis que c’est porteur d’espoir, parce que l’image que je voulais créer à la fin c’est qu’elle est entourée de ses toutous, elle est brimée de son enfance. (…) c’est un peu un cri d’appel en disant qu’elle a reconnu qu’elle a besoin d’aide, elle tend la main. Pis elle essaie d’emmener son frère là-dedans, mais il ne veut pas. Fait qu’a veut laisser son frère se noyer là-dedans et elle s’en sortir. Mais c’est sûr que le passage qu’a doit faire pour se rendre là [ça va être difficile] » Ma cote : 4,8/5.

Il y avait aussi un documentaire humoristique d’après une idée originale d’André Roy, L’humour c’est secondaire, qui mettait en vedette Luc LeBlanc et Robert Gauvin. Des jeunes adolescents de la province se voyaient donner la chance de participer à un petit programme de mentorat pour les aider à peaufiner leurs habiletés d’humoriste. Ma cote : 4/5.

La séquence était parfaite, allant du premier qui était à la fois théâtral et humoristique, du deuxième qui était assez triste et plein d’émotions pour finir avec le troisième qui était plus informateur, mais à la fois comique.

Si vous n’étiez pas de la partie, réjouissez-vous, le festival se poursuit jusqu’au vendredi 20 novembre. Bien qu’il y ait plusieurs films, il y a aussi plusieurs volets d’arts et d’after party qui méritent d’être explorés. Découvrez la programmation complète en ligne au ficfa.com

EL_FICFA_18nov

Marc Gauthier, le directeur général, adressant la foule lors de la soirée d’ouverture. Photo Emilie LeBlanc, Le Front

Author Details
Emilie est diététiste présentement à la maîtrise en sciences de la santé. Elle est passionnée de la nutrition et de la cuisine et souhaite transmettre ceci à ces lecteurs. N’ayant pas peur du ridicule et étant parfois sarcastique, ceci ne se traduit pas toujours très bien à l’écrit, mais elle tente tout de même de bien passer le message.
Partagez!