Vague d’amour pour le film Modifié

Aube Giroux, réalisatrice du film Modifié, accepte le prix de la Meilleure oeuvre acadienne moyen ou long métrage – Prix La Vague Léonard-Forest. Photo: Samuel LeGresley/Le Front

Les prix La Vague 2017, récompensant le meilleur du cinéma, présenté dans le cadre du Festival international du cinéma francophone en Acadie, ont été remis en soirée du côté du Théâtre Capitol à Moncton.

C’est le long métrage Modifié de la réalisatrice Aube Giroux qui partira avec les honneurs de la Meilleure œuvre acadienne moyen ou long métrage et du Prix du public.

Selon Lawrence Côté-Collins, membre du jury des longs métrages, c’est « pour un regard d’auteur porté par l’authenticité et la candeur. Pour la communion entre le film militant et la chronique familiale. Pour la nécessité du propos et l’urgence citoyenne d’exiger de la transparence au sein des gouvernements canadiens et états-uniens » que le film reçoit ces honneurs.

La réalisatrice, visiblement très émue, a accepté cette honneur en remerciant une personne qui l’a guidée à la réalisation de son premier film, il y a deux décennies, avec l’Office nationale du film du Canada.

« C’es très spécial de recevoir ce prix ce soir. J’ai fait mes premiers pas en cinéma il y a presque 20 ans. Nul autre que la magnifique Renée Blanchar m’avait encadrée. On disait à cette époque qu’elle était mon ange, je lui en remercie. »

Le Prix du Meilleur long métrage de fiction canadien est remis à Tadoussac de Martin Laroche. L’histoire de Chloé qui s’enfuit de son appartement en plein hiver et fait du pouce en direction de Tadoussac a fait vibrer le jury qui a su admirer toutes les facettes de ce film.

Le Meilleur long métrage de fiction international est remis à 120 battements par minutes de Robin Campillo. Dans un film rempli d’intensité et d’émotions qui a su faire vibre la salle lors de la présentation du film, Hasan Ugur, lui aussi membre du jury, a été étonné par la finesse d’une fiction qui était très près de la réalité.

« Pour avoir su par la fiction, reconstituer de façon étincelante des faits historiques bouleversants. Pour avoir su, à partir d’une structure narrative presque documentaire, nous emporter dans une histoire d’amour poignante, de lutte et de vie, à l’instar d’une musique transcendante qui marqua toute une génération dont la cadence n’est pas seulement celle d’une boite à rythmes, mais c’est aussi le battement de cœur d’une jeunesse qui veut vivre. »

– Hasan Ugur, membre du jury des longs métrages Prix La Vague 2017

1,25$ gagne les honneurs acadiens

Grâce à l’originalité de l’approche et le rythme, le jury a remis le prix de la Meilleure œuvre acadienne court métrage à Jean-Pierre Morin (Jeep Jones) pour 1,25$.

« Pour un film de une minute, mon speech doit être de deux secondes, alors merci au FICFA et à tout le monde. »

– Jean-Pierre Morin, réalisateur du court métrage 1,25$

Du côté canadien, les honneurs sont remis au film Marguerite de Marianne Farley. Le jury a été touché pour sa subtilité et sa finesse qui a réussi à faire pleurer les membres du jury. Mettant en scène deux actrices touchantes de vérité, le film aborde l’homosexualité d’un point de vue intergénérationnel.

La 31e édition du FICFA prend fin ce soir avec la diffusion du film Les Rois Mongols du réalisateur Luc Picard.

À propos
Journaliste CKUM

Anthony Azard est journaliste pour la radio communautaire CKUM. Il entame sa deuxième année du programme d’Information-communication. Il anime Le Point: édition du matin, du midi et du vendredi et couvre l’actualité du sud-est du Nouveau-Brunswick. Depuis 2016, il est aussi collaborateur occasionnel à l’émission « La Route des 20 » sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger