Vide au Centre étudiant lors du Marché?

BL_Marché_30sept15

La première édition du marché mensuel à l’Université de Moncton pour l’année scolaire 2015-2016 a eu lieu au Centre étudiant le mercredi 23 septembre. Les quatre vendeurs présents à l’évènement ont occupé les halles du centre entre 10 h 00 et 14 h 00, mais une chose manquait : la participation.

Serait-ce l’éternel manque de participation au sein de la population étudiante? Ou bien le manque de publicité entourant l’évènement ? Ou serait-ce tout simplement dû au vide laissé par l’absence du bar étudiant à la rentrée (qui perdure à ce jour et jusqu’à octobre-novembre, selon les estimations de Pierre Losier et Alexandre Levasseur) ?

Selon Benoît Nivesse, propriétaire de FRESH Chapati et vendeur au marché étudiant depuis déjà 2013-2014, c’était une bonne journée pour eux, mais le Centre étudiant était plutôt calme mercredi dernier. Il estime qu’il y aurait eu moins de monde en raison des rénovations du Coude, c’est pourquoi il n’y a pas autant d’ambiance que les autres années.

Après une discussion menée avec Cyril Kerboul, ancien gérant du bar étudiant Le Coude, il semblerait que le bouche-à-oreille est toujours le meilleur moyen pour aviser les étudiants d’une activité sur le campus. La difficulté reposerait donc dans le manque d’endroit commun pour réunir les étudiants et permettre la jasette entre les cours, comme Le Coude. Certes, Facebook et autres moyens sont utiles, mais ils ne le sont pas tous. Parfois, il s’agit tout simplement d’une génération qui n’est pas assez sorteuse, selon lui.

Le Front a demandé à plusieurs étudiants s’ils étaient au courant de la tenue du marché, mais la réponse qui se répétait souvent était que personne ne semblait le savoir. La FÉÉCUM a quand même émis un message dans leurs courriels hebdomadaires amalgamés, ainsi que publié sur la page Facebook Vie Étudiante Umoncton, quoique c’était plutôt tardif, soit à 17 h 07 le mardi soir. Peut-être que la création d’un « événement Facebook », d’un « snapchat », ou d’une vidéo de la rentrée aurait été plus stratégique? Frédéric Comeau, étudiant en Génie Civil de cinquième année, lorsque questionné par Le Front, semblait un peu déçu d’avoir manqué l’évènement auquel il aurait bien aimé participer, mais essayera de s’informer du prochain.

Donc, devant ce casse-tête d’organisation et de participation, de nombreux facteurs semblent contribuer : manque de publicité intéressante de la part de la FÉÉCUM, un manque de motivation chez les nouveaux étudiants, mais celui qui ressort le plus est le manque d’ambiance et d’espace d’échange pour les étudiants. Ce besoin était comblé par Le Coude et l’effet de son absence se manifeste déjà avec ce marché qui n’a pas si bien “marché” que prévu.

Une chose est certaine, les étudiants et la communauté Monctonienne peuvent tirer beaucoup du marché, qui encourage l’achat local, et permet aux étudiants d’acheter des aliments frais sur le campus. Espérons donc que la prochaine édition verra sa participation croitre et qu’on ne coure pas le risque de perdre une initiative qui commençait déjà sur un bon pied.

Partagez!